Google Page Experience : un pas de plus vers le SXO


Google a annoncé récemment dans un post officiel l’apparition de nouveaux critères de classement dans son algorithme: Google Page Experience. Aux critères actuels de classement viendront s’ajouter des critères UX (expérience utilisateur). Google ne viendrait-il pas de franchir un nouveau palier vers la transformation du SEO en SXO ?

Depuis maintenant des années, l’apparition d’un site en haut de page des résultats de recherche sur Google n’est pas un hasard. Cela signifie que ce dernier répond correctement aux critères de classement instaurés par Google et qu’il a été jugé légitime par le géant Américain en fonction de la requête formulée.

Ainsi, des dizaines et des dizaines de facteurs de classement existent déjà, certains plus importants que d’autres, et obligent les propriétaires des sites à s’adapter continuellement pour accroître leur visibilité sur le moteur de recherche. Cette nouvelle mise à jour vient donc ajouter une couche supplémentaire !

En tous cas, ce n’est pas pour maintenant, la mise à jour « Google Page Experience » n’est pas attendue avant 2021.

Google Page Experience : quels changements pour le SEO ?  

Comme vous le savez, le SEO s’articule principalement autour de 3 piliers :

  • La Technique : consiste à avoir un site « propre » et qui répond aux exigences techniques de Google (Robots.txt, sitemap, présence de rich snippets,etc.)
  • Le Contenu : car c’est ce que recherchent les utilisateurs en faisant une requête. Pas de contenu, pas de bonnes positions sur les SERP !
  • Le Netlinking : consiste à améliorer la popularité de votre site via des liens pointant vers ce dernier depuis d’autres noms de domaines. Il faut considérer ces liens comme des votes donnés par un site envers un autre.

Cependant, ces dernières années, nous assistons à un tournant dans l’histoire du SEO avec une modification de l’un des piliers du SEO : la technique. En effet, au fil du temps, ce pilier a évolué pour devenir aujourd’hui et depuis l’annonce de la « Google Page Experience core update » un pilier majoritairement orienté UX.

Les efforts ne doivent plus simplement être portés sur l’optimisation technique de votre site d’un point de vue robots d’indexation avec comme seule obsession « vais-je plaire à Google ! » Non !  Il faut désormais et plus que jamais se concentrer sur l’optimisation de l’expérience utilisateur sur votre site. Bien entendu, le contenu reste prioritaire comme l’a déclaré Rudy Galfi, chef de produit chez Google. Tout comme la nécessité d’avoir un socle technique solide pour favoriser un bon positionnement sur les pages de résultats de recherche. Toujours est-il que Google vient d’annoncer que le cocktail parfait SEO de 2021 se composera de contenu et d’UX.

Autre impact de cette future mise à jour, l’utilisation du format AMP pour les Top Stories ne sera plus une obligation. Jusqu’alors, il était nécessaire si vous souhaitiez être affiché dans les Top Stories de Google d’utiliser le format AMP. Ce ne sera plus le cas, l’ensemble des pages pourront espérer y être affichées à condition que ces dernières aient une expérience utilisateur optimisée et qu’elles répondent aux exigences de Google News. Cet aspect UX deviendra notamment un facteur de classement dans les tops stories, d’où sa synchronisation avec la mise à jour Google Page Experience.

Quels seront les nouveaux facteurs de classement ?

« Google Page Experience » est un algorithme qui permettra à Google de mieux comprendre comment naviguent les utilisateurs sur les différentes pages d’un site et de détecter les éventuels soucis de navigation pouvant dégrader l’expérience utilisateur.

Pour cela, ce nouvel algorithme de classement se basera sur des facteurs déjà pris en comptes depuis un moment auxquels s’ajouteront des facteurs : les Core Web Vitals. On vous explique tout ça plus en détail !

Facteurs de classement UX
Facteurs de classement UX

Google prend déjà en compte certains paramètres liés à l’expérience utilisateur afin de classer les différents sites sur les SERP. Ces critères sont les suivants :

  • Mobile Friendly : depuis 2015, les sites ayant une version mobile optimisée ont plus de chance d’être mieux classés que ceux n’en ayant pas. Le mobile étant de plus en plus utilisé pour les recherches sur le web. Vous pouvez vérifier si votre site est Mobile Friendly via le Test d’Optimisation Mobile mis à disposition par Google.
  • Navigation sécurisée : votre site ne doit pas contenir de contenu piraté ou malveillant pouvant mettre en danger vos utilisateurs.
  • Protocole HTTPS : en aout 2018, Google annonçait que le protocole HTTPS serait un critère de classement. Il est donc primordial pour tous sites de proposer à ses visiteurs une connexion sécurisée. Le protocole HTTPS n’est plus un choix, il est devenu une « norme ».
  • Pas d’interstitiel intrusif : votre site ne doit pas être pollué par toutes sortes de pop-up ou autres ouvertures de fenêtres inattendues. Ces pratiques perturbent fortement l’expérience utilisateur sur la page et doivent être remplacées par d’autres techniques d’accroche plus douces.

Aux facteurs cités précédemment, viennent s’ajouter de nouveaux critères basés sur la vitesse de chargement, l’interactivité entre l’utilisateur et le site et sur la stabilité des éléments affichés à l’écran. Ces 3 éléments seront analysés selon différentes métriques qui composent le Core Web vitals :

Indicateurs composant le "Core Web Vitals" suite à la mise à jour "Google Page Experience"
Core Web Vitals: indicateurs
  • Largest Contentful Paint (LCP) : Le LCP mesure le temps de chargement de la page d’un point de vue utilisateur. Il prend en compte le temps qui s’écoule entre le moment où l’utilisateur accède à une page et le moment où les éléments principaux de la page sont affichés à l’écran. Pour une expérience utilisateur optimale, le LCP doit être inférieur à 2,5 secondes.
  • First Input Delay (FID) : le FID mesure le temps de réponse de la page entre le moment où l’utilisateur interagit pour la première fois avec la page et le moment où cette dernière répond à la demande. Ce délai qui calcule la réactivité du site doit être inférieur à 100ms pour être considéré comme optimisé.
  • Cumulative Layout Shift (CLS) : le CLS se base sur l’impact des décalages de mise en page sur les éléments affichés à l’écran et donc, d’un point de vue général de la stabilité du site. Plus un site subit des modifications de disposition, plus l’expérience utilisateur est impactée. Quoi de plus énervant lorsque l’on souhaite cliquer sur un lien qu’un décalage inattendu qui nous fait cliquer sur le lien du dessus. Pour un CLS optimisé sur vos pages, il doit être inférieur à 0,1.

Comment puis-je analyser la compatibilité de mon site avec la « Google Page Experience Update » ?

Google a tout prévu et met à disposition des propriétaires de sites de nouvelles fonctionnalités de ses outils afin de leur permettre d’anticiper cette future mise à jour.

  • Google Search Console : une nouvelle fonctionnalité est apparue récemment dans la rubrique amélioration de votre search console. En effet, vous pouvez voir apparaitre le rapport Signaux web essentiels. Ce rapport se base sur les 3 métriques présentées (LCP, FID et CLS) et vous permet de détecter les pages pouvant être optimisées. Cependant, il ne vous indique pas quelles optimisations doivent être apportées.
  • Page speed insight : cet outil va venir en complément de la Search Console et vous permettra d’identifier les optimisations à réaliser sur chaque page. Cet outil a également subi une amélioration qui permet de détecter les nouveaux signaux essentiels (le LCP, le FID ou le CLS). Ces signaux sont facilement repérables: ils sont annotés d’un drapeau bleu.
  • Rapport chrome UX : aussi appelé rapport CrUX, il rassemble des données publiques issues de données collectées lors de mise en situation réelle d’utilisateurs sur un site web. Ce rapport permet de mettre en avant les forces et faiblesses UX d’un site et de détecter des lacunes sur les différents signaux web essentiels. Les données que vous récolterez proviendront de vraies situations d’utilisateurs naviguant sur votre site, rendant ce rapport très précis.

Comment se préparer à cette mise à jour ?

Cette tendance à utiliser l’UX pour mieux référencer son site n’est pas nouvelle. En effet, elle existe maintenant depuis plusieurs années et a pris une place importante dans certaines agences SEO qui n’ont pas hésité à miser sur cette tendance.

C’est le cas de La Revanche des Sites qui propose à ses clients depuis plus de 4 ans des audits SXO. Pour rappel, le SXO est l’alliance du SEO et de l’UX et aborde le référencement naturel sous un autre angle. La priorité est portée sur l’utilisateur ! C’est pourquoi nous vous conseillons de travailler votre référencement naturel dans une logique SXO, ainsi, le passage à Google Page Experience ne sera qu’une formalité pour vous.

<

ou contactez-nous au